Chez Marie
 
benoite









 



BENOÎTE

Geum urbanum
Famille des Rosacées


NOMS COMMUNS :
Herbe bénite, Herbe de St Benoît, Avence, Herbe du bon soldat, Herbe à la fièvre, Sanicle des montagnes, Galiote, Récise, Bonnette

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Une huile essentielle, du tanin, un glucoside, une substance amère

PARTIES UTILIS
ÉES :
Le rhizome

DESCRIPTION :

La benoîte est une plante vivace, à racine traçante, fibreuse, brunâtre. Sa tige, de 50 cm environ, est dressée, grêle, presque fragile, peu ramifiée, légèrement velue, rêche. Les feuilles à la base sont longuement pétiolées, velues, composées de 5 ou 7 folioles, dont la terminale, beaucoup plus grande, est profondément divisée en 3 lobes arrondis et dentés; celles de la tige, plus haut, sont composées de 3 folioles inégales, lancéolées et très dentées. Les fleurs, jaune, sont petites, solitaires et terminales. Le fruit est constitué par une réunion d'akènes velus, surmontés d'une longue pointe terminée en crochet.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Répandue dans toute l'Europe, l'Asie, l'Afrique du Nord, la benoîte ne pousse pas à plus de 1 300 mètres d'altitude. Elle aime tous les terrains, avec une préférence pour ceux qui sont humides, ombragés et frais. Elle se propage facilement par ses graines ou par division des pieds, au printemps ou à l'automne. Récoltez la plante au printemps, c'est l'époque où elle contient le maximum de principes actifs


PROPRIÉTÉS :

- Astringente
- Tonique
- Anti-inflammatoire
- Antiseptique
- Fébrifuge
- Stomachique


INDICATIONS :

- Diarrhées
- Hémorragies
- Pertes blanches
- Fièvre
- Douleurs d'estomac
- Aérophagie



UN PEU D'HISTOIRE :

La racine, qui doit son nom au vieux français "benoît" (béni) possède des propriétés de purification, à condition de l'arracher en prononçant des prières et de porter des gants ayant touché une statue de la Vierge, sinon on s'expose à être ensorcelé.
Pour savoir si les lieux qu'ils exorcisaient, notamment avec un encens spécial, étaient réellement assainis, les prêtres inquisiteurs de Grande Bretagne jetaient le rhizome de l'herbe bénite sur du charbon de bois. "Si la racine rôtissait normalement, tous les démons avaient définitivement déguerpis. S'il restait encore quelques acharnés, tapis dans les recoins, le rhizome gémissait, entrait en convulsions et poussait même des cris".


 

ATTENTION :

A doses excessives, la benoîte peut occasionner nausées et vomissements.


Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.