Chez Marie
 
bugrane









 



BUGRANE

Ononis spinosa
Famille des Légumineuses


NOMS COMMUNS :
Arrête-bœuf, Tendron, Ononis

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Une huile essentielle, de la résine, de l'amidon, des tanins, des flavonoïdes

PARTIES UTILIS
ÉES :
La racine, les fleurs et les feuilles

DESCRIPTION :

La bugrane est un sous-arbrisseau à racine très longue, grêle, brun, grisâtre, traçante. Les tiges, de 50 cm environ, sont cylindriques, velues, à nombreux rameaux terminés en épine. Les feuilles, alternes, ont un pétiole court divisé en folioles finement dentées d'un beau vert. Les fleurs, roses, sont visibles d'avril à septembre. Sessiles, elles sont disposées à l'aisselle des feuilles. Le fruit est une gousse velue, remplie, contenant un petit nombre de graines. Les fruits sont des petites gousses ovales, contenant 3 ou 3 graines arrondies, de couleur foncée.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Commune en France, la bugrane se trouve dans toute l'Europe, l'Asie, l'Afrique du Nord, elle préfère les terres argilo-calcaires. Plaie des agriculteurs, qui la considèrent comme une mauvaise herbe, elle se propage par semis de graines, puis repiquage. La racine de bugrane se ramasse toute l'année; après l'avoir arrachée, lavez-la soigneusement, coupez-la et faites-la sécher dans des endroits secs et aérés.


PROPRIÉTÉS :

- Diurétique
- Sudorifère
- Dépurative
- Astringente
- Antiseptique
- Anti-inflammatoire

INDICATIONS :

- Calculs de la vessie
- Cystite
- Œdèmes
- Eczéma
- Goutte
- Prurit


UN PEU D'HISTOIRE :

Les racines de la bugrane sont si résistantes qu'elles arrêtent les charrues. Surnommée également « arrête-bœuf », on supposait qu'elle pouvait déferrer les chevaux. Les alchimistes, quant à eux, l'appelaient Lunaria minor et s'en servaient pour transformer le mercure.

ATTENTION :

Contre-indiquée en cas d'œdèmes liés à une insuffisance cardiaque ou rénale.


Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.