Chez Marie
 









 



CAMPHRÉE

Camphorosma monspeliaca
Famille des Chénopodiacées


NOMS COMMUNS :
Camphrée de Montpellier, Camphorine

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Une huile essentielle

PARTIES UTILIS
ÉES :
Les feuilles et les sommités fleuries

DESCRIPTION :

La camphrée est un sous-arbrisseau, à racine allongée, ligneuse, brune. La tige de 30 cm de haut à l'état sauvage peut atteindre 2 mètres en culture, elle est rameuse, arrondie, glabre, cotonneuse, blanchâtre. Les feuilles très nombreuses, très petites, sont étroites, linéaires, pointues, épaisses, velues, persistantes, d'un vert cendré, alternes, sessiles. Les fleurs, d'un vert blanchâtre, sont pubescentes en dehors, en paquets axillaires. Le fruit est un petit akène renfermé dans le calice et renfermant une seule semence ovale, comprimée, noirâtre, luisante.


CULTURE ET RÉCOLTE :

On la rencontre dans les lieux arides, elle est commune autour de la Méditerranée. On peut la propager par graines ou par éclats des pieds faits au printemps.


PROPRIÉTÉS :

- Antiasthmatique
- Diurétique
- Emménagogue
- Expectorante

INDICATIONS :

- Asthme
- Coqueluche
- Diarrhées
- Rhumatismes


UN PEU D'HISTOIRE :

L'odeur du camphre  exaltée par la plante lorsqu'on la froisse, explique à la fois son nom français et son nom latin. Celui-ci est formé du mot latin médiéval Camphora, "camphre", altération de l'arabe Kâfoûr, lui-même d'origine hindoue et du grec Osmê, "odeur".

ATTENTION :

 


Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.