Chez Marie
 









 



ÉLEUTHÉROCOQUE

Eleutherococcus senticoccus
Famille des Araliacées


NOMS COMMUNS :
Ginseng de Sibérie, Racine de la Taïga, Buisson du diable

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Des molécules sucrées, des éleuthérosides, des coumarines, des saponosides

PARTIES UTILIS
ÉES :
La racine

DESCRIPTION :

L'éleuthérocoque est un arbuste épineux de 2 à 3 mètres de haut. Les tiges et les branches, couvertes d'une écorce grise, portent des feuilles palmées et composées. Les fleurs, petites et globuleuses, sont isolées ou associées par 2 ou 3 sur un pédoncule glabre. On distingue les fleurs femelles (jaunes), les fleurs mâles (violettes) et les fleurs hermaphrodites (jaunâtres). Les fruits sont des drupes noires contenant des graines.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Il pousse abondamment et spontanément en Sibérie orientale, et on le rencontre également en Corée, au Japon, ainsi que dans les provinces chinoises de Shansi et Hopei. Sa culture demande des sols friables, humides, bien drainés, et une situation bien ensoleillée. On récolte la racine d'éleuthérocoque à l'automne. Lavée, coupée, elle est mise à sécher dans des endroits secs et aérés.


PROPRIÉTÉS :

- Antistress
- Aphrodisiaque
- Régénérant
- Anti-inflammatoire
INDICATIONS :

- Fatigue
- Stress
- État grippal

UN PEU D'HISTOIRE :

Les Chinois, qui font grand usage de plantes de la famille des araliacées, connaissent l'éleuthérocoque depuis environ 4 000 ans. Ils lui attribuent le pouvoir d'accroître la longévité, d'améliorer l'appétit et la mémoire et, de manière générale, de contribuer à la santé.

ATTENTION :

Même si l'éleuthérocoque est d'une innocuité absolue et sans aucun effet secondaire, il reste préférable, dans l'attente d'une meilleure connaissance de son action intime sur le plan hormonal, de ne pas le conseiller chez la femme enceinte et chez l'enfant avant la puberté.


Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.