Chez Marie
 









 



FOUGÈRE MÂLE

Dryopteris filix-mas
Famille des Dryopteridacées


NOMS COMMUNS :
Porte-aigle, Ptéris, Falière

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Des tanins, des principes amers, une huile essentielle, des sucres

PARTIES UTILIS
ÉES :
Les feuilles et la racine

DESCRIPTION :

La fougère mâle est une plante herbacée à tige souterraine très vascularisée. Les feuilles, partant de la souche, forment de grandes touffes vertes de 50 cm à 1,50 mètre, elles sont enroulées lorsqu'elles sont jeunes. Le pétiole, robuste, est prolongé par la feuille, lancéolée et dentée. Les sporanges, alignés par rangées de deux sous les feuilles, ont la forme d'un cœur comprimé. La fougère ne produit pas de fleurs.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Très commune dans les bois humides, les endroits couverts, la fougère aime bien les terres argilo-siliceuses. Les spores, placés sous les feuilles, sont les organes de la reproduction, on les met à l'automne sur une couche chaude de légère terre de bruyère, on les conserve en châssis. Au printemps, on repique en place les jeunes plants. Récoltez les feuilles à leur plein épanouissement. Pour la racine, choisissez le mois de septembre, qui est la période où elle contient le plus d'éléments. Lavez-la, coupez-la et laissez-la sécher dans des endroits secs et aérés.


PROPRIÉTÉS :

- Détergente
- Antiparasitaire
- Vermifuge

INDICATIONS :

- Arthrite
- Rhumatismes
- Goutte
- Plaies et blessures
- Ténia


UN PEU D'HISTOIRE :

Voici une des herbes précieuses au jardinier lorsqu'ils décident d'acheter un terrain. Si celui-ci est envahi de fougères, il ne donnera rien de bon. En revanche, s'il y trouve des ronces, c'est une promesse de fertilité.
Un racine de fougère placée sous l'oreiller provoque des rêves et des visions.

ATTENTION :

Il faut signaler que cette plante est dangereuse et qu'il est nécessaire de l'utiliser avec de grandes précautions. En effet, une dose excessive peut endommager le foie et provoquer la cécité.


AUTRES ESPÈCES :

Deux autres espèces de fougère, la fougère femelle (Athyrium filix-femina) et la fougère aigle (Pteridium aquilinum) étaient jadis employées concurremmenr avec la fougère mâle, mais il semble qu'elles étaient dépourvues d'activité médicamenteuse. D'autres fougères encore, la lunaire (Botrychium lunaria) et serpentine (Ophioglossum vulgatum) sont aujourd'hui totalement oubliées en phytothérapie. La fougère royale (Osmunda regalis), appelée encore osmonde royale, est elle aussi astringente et vulnéraire, et possède en plus des vertus diurétiques.

Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.