Chez Marie
 









 



GAUDE

Reseda luteola
Famille des Résédacées


NOMS COMMUNS :
Réséda des teinturiers, Herbe Maure, Herbe à jaunir

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Un colorant

PARTIES UTILIS
ÉES :
La racine et les feuilles

DESCRIPTION :

Le réséda des teinturiers est une grande plante herbacée, annuelle, voire bisannuelle, à racine pivotante, puissante. Sa tige robuste, dressée, ne porte que des feuilles simples, entières, oblongues-lancéolées. Une longue et dense grappe de fleurs d'un jaune-verdâtre pâle couronne bientôt l'ensemble. Chacune des ces fleurs reste assez discrète. A ces fleurs peu brillantes, succèdent des capsules ovoïdes, contenant de nombreuses petites graines.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Originaire d'Europe, on la rencontre au bord des champs, dans les décombres, les vieilles carrières. On la trouve notamment en Égypte et en Libye, dans le péninsule Ibérique, l'Italie et les Balkans, ainsi qu'au Moyen-Orient de la Turquie à l'Iran, ainsi qu'au Pakistan. Autrefois cultivée en France (Languedoc-Roussillon, alentours de Paris, nord des Hauts de Seine), en Allemagne et en Grande-Bretagne, elle s'y est parfois naturalisée.


PROPRIÉTÉS :

- Apéritive
- Diurétique
- Vermifuge
- Sédative

INDICATIONS :

- Coliques
- Diarrhées
 



UN PEU D'HISTOIRE :

Sa teinture était connue des Grecs, des Romains ou de Perses, par exemple. Dioscorides cite la gaude dans une liste de teintures et on sait que les Romains l'utilisaient pour teindre les robes des Vestales. Très utilisée au moyen-âge, le jaune de la gaude est bon marché puisque la plante est très courante, et très aisé à obtenir. On la trouve mentionnée, en particulier, dans le Capitolaribus de Tinctorum de Rossetti (XIII e).

ATTENTION :

 


Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.