Chez Marie
 









 



GUI BLANC

Viscum album
Famille des Loranthacées


NOMS COMMUNS :
Blondeau, Bois de la sainte Croix, Bouchon, Vert de pommier, Gillon, Verquet

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Des saponosides, des flavonoïdes, des glucosides, des acide animés, des stérols

PARTIES UTILIS
ÉES :
Les feuilles

DESCRIPTION :

Le gui est un arbrisseau parasite s'implantant sur l'écorce des arbres. Sa tige s'enfonce dans le bois de la branche qui le supporte, formant une sorte de suçoir. Cette tige, de 40 à 80 cm, se divise dès la base en de nombreux rameaux articulés, diffus, rudes au toucher qui forment une touffe globuleuse. Les feuilles, opposées, épaisses, charnues, oblongues, vert jaunâtre, sont marquées de nervures parallèles. Les fleurs, vert jaunâtre, sont groupées à l'aisselle des feuilles, elles donnent des fruits ronds, blancs, charnus qui renferment 1 ou 2 graines.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Commun dans toute l'Europe, le gui est parasite d'un grand nombre d'arbres. Contrairement à son appellation classique de gui de chêne, il a du mal à se fixer sur le bois de celui-ci, l'assise génératrice de sa nourriture étant très profonde. Sa propagation se fait naturellement, par les baies, qui se collent, ou les oiseaux, qui transportent les graines. Récoltez-le en août-septembre, avant la formation des fruits. Séchez-le en couche mince dans des endroits secs et aérés.


PROPRIÉTÉS :

- Diurétique
- Vasodilatateur
- Hypotenseur
- Antispasmodique
- Analgésique

INDICATIONS :

- Hypertension
- Albuminurie
- Artériosclérose
- Goutte
- Engelures


UN PEU D'HISTOIRE :

Pour les Celtes et les Gaulois, la plante était magique et surtout sacrée, seul l'était, cependant, le gui parasitant le chêne. Lors d'une cérémonie religieuse tenue six lunes après le solstice d'hiver, un druide vêtu de blanc grimpait à la cime d'un chêne et récoltait à l'aide d'une serpe en or touffes et rameaux, ceux-ci devaient être recueillis dans un drap blanc avant qu'ils ne touchent le sol pour conserver leur pouvoir magique.
Une légende scandinave (dont on trouve différentes versions) veut que le dieu soleil Baldut, supposé invulnérable, ait été tué par une flèche fabriquée avec une tige de gui par le démon Loki. La mère du dieu soleil, Preyla, implorant aux autres dieux son retour à la vie, promit d'embrasser quiconque passerait sous le gui. Celui-ci devint le symbole de l'amour et du pardon. De là vient peut-être la coutume de s'embrasser sous le gui.

ATTENTION :

A ne prendre que sur avis médical.
Les baies sont toxiques pour le cœur 10 à 20 baies suffisent pour intoxiquer un adulte par la viscotoxine les symptômes sont vomissement, diarrhée sanglantes, une soif intense et hypotension pouvant entraîner un collapsus.


Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.