Chez Marie
 









 



MARRONNIER D'INDE

Aesculus hippocastanum
Famille des Hippocastanacées


NOMS COMMUNS :
Châtaignier de cheval, Châtaignier de mer

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Des saponisides, des flavonoïdes,de l'amidon, des sucres, des tanins, une huile essentielle

PARTIES UTILIS
ÉES :
L'écorce, les feuilles et les fruits

DESCRIPTION :

Le marronnier d'Inde est un bel arbre robuste à racine pivotante et ramifiée. La tige, qui peut atteindre 25 mètres, est couverte d'une écorce rugueuse et grisâtre, elle se divise en nombreux rameaux opposés dont l'ensemble forme une cime pyramidale. Les feuilles, opposées, à pétiole très long, sont divisées en 5 ou 7 folioles ovales, pointues, dentées. Les fleurs, blanches, tachées de rose, visibles en avril-mai, sont groupées en longues et larges panicules terminales. Le fruit est une capsule charnue, coriace, épineuse, qui renferme 1 à 4 graines déformées, parce que comprimées, luisantes, marquées d'un hile blanchâtre.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Originaire d'Asie, le marronnier d'Inde est très commun en Europe, il préfère les sols profonds et frais. Récoltez l'écorce au printemps sur des branches de grosseur moyenne. Faites-les sécher dans des locaux chauffés. Les fruits sont récoltés à maturité à l'automne et séchés dans des locaux chauffés et aérés.
Les feuilles, elles sont cueillies en été.

PROPRIÉTÉS :

- Tonique veineux
- Astringente
- Anti-inflammatoire
- Vasoconstricteur
- Fébrifuge

INDICATIONS :

- Diarrhées
- Hémorroïdes
- Varices
- Jambes lourdes
- Rhumatismes


UN PEU D'HISTOIRE :

On dit que le premier marron tombé et ramassé protège contre les rhumatismes et les maux de reins a condition de le porter en permanence dans sa poche.

ATTENTION :

En usage interne, le marronnier est réputé toxique. Il est déconseillé aux jeunes enfants et aux femmes enceintes ou qui allaitent et peut engendrer des nausées et des troubles gastriques. Ne pas l'utiliser sans avis médical.
En usage externe, il semble dénuée d'inconvénients, hormis de rares réactions allergiques signalées.


AUTRES ESPÈCES :

De nombreuses autres espèces ont des vertus thérapeutiques similaires, A. pavia, par exemple.

Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.