Chez Marie
 









 



MYRRHE

Commiphora myrrha
Famille des Burséracées


NOMS COMMUNS :
Balsamier

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Une huile essentielle, de la gomme, de la résine

PARTIES UTILIS
ÉES :
La résine

DESCRIPTION :

La myrrhe est un petit arbre épineux qui possède un tronc tordu et épais dont l'écorce a une couleur allant de l'orangé au gris. Les feuilles, minuscules, possèdent 2 folioles épineuses à leur extrémité. Les branches portent des petites fleurs blanches ou vertes. Il possède un fruit pointu.

CULTURE ET RÉCOLTE :

Originaire du nord-est de l'Afrique, notamment de Somalie, le balsamier est à présent répandu en Éthiopie, en Arabie saoudite, en Inde, en Iran et en Thaïlande. Il aime les sols bien drainés et ensoleillés. On le cultive par semis au printemps ou par bouturage à la fin de la période de croissance.

PROPRIÉTÉS :

- Antiseptique
- Cicatrisante
- Anti-inflammatoire
- Analgésique
- Astringente
- Antispasmodique

INDICATIONS :

-
Gingivites
- Stomatites
- Sinusite
- Acné



 


UN PEU D'HISTOIRE :

Selon la tradition chrétienne, la myrrhe était l'un des trois cadeaux que les Rois mages apportèrent en offrande au Christ nouveau-né. C'est donc dire qu'elle est employée depuis fort longtemps et qu'on lui accordait jadis une importance considérable. Les Égyptiens s'en servaient quotidiennement dans leurs rituels sacrés ainsi que pour embaumer leurs pharaons. Au cours des combats, les soldats grecs en avaient toujours à portée de main, car ils connaissaient ses propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires. Elle servait à nettoyer les blessures et pour prévenir l'infection ou la progression de la gangrène lorsque l'infection était déjà installée.

ATTENTION :

L'usage interne de la myrrhe est déconseillé durant la grossesse, car elle stimule le tonus et la circulation sanguine dans l'utérus, et pourrait avoir des effets abortifs. Quant à son usage externe durant la grossesse, on ne dispose pas de données suffisantes pour en garantir l'innocuité.

AUTRES ESPÈCES :

Un espèce voisine, Commiphora africana, commune dans le Sahel, connaît les mêmes indications que la myrrhe. D'autres espèces d'Afrique ou d'Arabie sont utilisées localement.

Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.