Chez Marie
 









 



PERSICAIRE ACRE
Polygonum hydropiper

Famille des Polygonacées


NOMS COMMUNS :
Poivre d'eau, Renouée âcre, Piment aquatique, Curage, Pique-langue, Herbe de saint Innocent

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Une essence, de l'acide gallique, du fer, des tanins

PARTIES UTILIS
ÉES :
La plante

DESCRIPTION :

La persicaire âcre est une plante annuelle à racines grêles, fibreuses, chevelues. La tige, de 50 cm à 1 mètre, est droite, cylindrique, noueuse, rameuse. Les feuilles, alternes, engainantes à la base, sont lancéolées, aiguës, ondulantes, d'un beau vert brillant. Les fleurs, visibles d'avril à octobre, assez grandes, rosées, quelquefois courbées et blanc verdâtre, sont groupées en épis terminaux cylindriques à la base des feuilles. Le fruit est ovale ou aplati.


CULTURE ET RÉCOLTE :

Très commune en Europe, la persicaire âcre aime les endroits humides, les fossés, les marais, elle est invisible sur les montagnes. Sa multiplication se réalise par semis au printemps. Récoltez les plantes pendant la floraison, réunissez-les en bouquets, faites-les sécher dans des endroits secs et aérés.


PROPRIÉTÉS :

- Diurétique
- Hémostatique



INDICATIONS :

- Calculs rénaux
- Hémorroïdes
- Ulcères de l'estomac
- Varices


UN PEU D'HISTOIRE :

La feuille de cette plante porte sur son limbe une tache rouge qui, selon une superstition belge, ne serait pas moins qu'une tache menstruelle de la Vierge !
En Flandre, on l'attribue au sang du Christ car la persicaire se trouvait au pied de la croix.

ATTENTION :

Ne dépasser pas les doses prescrites en usage interne.

AUTRES ESPÈCES :

La renouée persicaire (Polygonum persicaria), ou persicaire douce, a sensiblement les mêmes caractères botaniques que le poivre d'eau. La renouée des oiseaux et la bistorte sont également des renouées.

Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d'exécution ni une référence
et ne peut remplacer l'expérience et le savoir-faire d'un professionnel.